Les bénédictins sont arrivés en Lituanie par l'intermédiaire du chœur grégorien de la cathédrale de Vilnius. Voyons les étapes de cette histoire.

✔ En juin 1989 le chœur grégorien de Paris vient en Lituanie et donne des récitals dans les cathédrales de Vilnius et de Kaunas. Des liens se créent avec les différentes chorales de la cathédrale de Vilnius, les «Cantores chorales capellae S. Casimir».

✔ À l'automne 1989 deux choristes enthousiastes, Rolandas Muleika et Romualdas Gražinis, se rendent à Paris pour étudier au Conservatoire le chant grégorien sous la direction du chef de chœur et professeur Louis-Marie Vigne. Pendant les six mois que durent leurs études ils se rendent à l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes, qui fait autorité pour l'enseignement et l'interprétation du chant grégorien.

✔ Pendant l'été 1990, invités par le Chœur grégorien de Paris, les membres des chorales de la cathédrale de Vilnius déjà mentionnées, partent pour la France et séjournent en particulier à l'abbaye bénédictine de Solesmes. Le Père Abbé, dom Jean Prou, reçoit R. Gražinis et D. Juozėnas qui invitent Solesmes à fonder un monastère en Lituanie.

✔ À partir de l'automne 1990 R. Gražinis, et plus tard Mindaugas Kubilius, dirigent la chorale grégorienne du séminaire inter-diocésain de Kaunas et suscitent beaucoup d'enthousiasme.

✔ À l'automne 1991 deux séminaristes du séminaire de Kaunas, Vilius Sikorskas et Rimantas Chraptavičius, partent pour Solesmes avec le désir de devenir moines.

✔ En 1992 Vytautas Savickis, venu de Lituanie à Solesmes avec les membres de la chorale de Vilnius, demande à rester au monastère. En cette même année, en raison de son âge avancé, le Père dom Jean Prou présente sa démission et est remplacé le 2 octobre 1992 par dom Philippe Dupont, qui ne tarde pas à s'occuper intensément de la fondation en Lituanie.

À partir de 1993 le nouveau Père Abbé se rend chaque année en Lituanie. Il cherche un emplacement pour le monastère, rencontre les évêques, les sœurs bénédictines, les membres des chorales grégoriennes. Il visite Liškiava, Palėvenė, Inkūnai, d'autres emplacements encore. À Palėvenė, avec l'accord de l'évêque et des paroissiens, les travaux d'aménagement commencèrent. Cependant le Père Abbé fut invité à visiter encore un autre endroit.

Quand de Kelmė on prend la direction de Šaukėnai, on aperçoit de loin en pleine campagne une église abandonnée. À Šaltiniai, si l'on prend à droite la route vers Šilo Pavėžupis, on passe auprès de cette église construite en béton et surmontée d'un haut clocher. Près de la porte sur le côté droit se trouve une tombe portant l'inscription suivante; «Abbé Kazimieras Ambrozaitis 1859-1947», et non loin une plaque indique dans une langue un peu étonnante que l'église a été bénie en 1938. Le Père Abbé et les moines qui l'accompagnaient, en découvrant Palendriai, reconnurent unanimement que ce site était le plus approprié pour y instaurer la vie contemplative: une nature intacte, des collines harmonieuses, un ciel dégagé, à la limite de la forêt de Vanagiai qui s'étend jusqu'à Kurtuvėnai.

Après ce premier contact en 1994 commencèrent dès 1995 les premiers travaux, encouragés par l'archevêque de Kaunas, le cardinal V. Sladkevičius, par Mgr S. Tamkevičius, par le curé de Kelmė V. Grigaravičius, par le maire de Kelmė Z. Mačernius, par l'architecte V. Olišauskienė, par la responsable de l'aménagement du territoire R. Parnarauskienė. Les:membres des chorales de Lituanie commencèrent alors à venir à Palendriai pour leur camp d'été, et pour marquer le début de la fondation plantèrent une grande croix.

En 1995 le cardinal V. Sladkevičius donne son accord officiel pour la fondation d'un monastère par l'abbaye bénédictine de Solesmes sur la paroisse de Kelmė. En décembre 1996 le chapitre de l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes prend la décision définitive de fonder un monastère à Palendriai sous le patronage de saint Benoît. À cette époque il y avait à Solesmes quatre lituaniens : les frères Élie, Raimondas, Jokūbas et Kazimieras. Le terrain fut loué, on posa un nouveau toit sur l'ancienne église, on construit sur l'emplacement de l'ancien presbytère une maison qui servirait de monastère provisoire. Le 28 août 1997 la nouvelle communauté religieuse en Lituanie fut enregistrée officiellement au ministère de la justice sous le titre «Monastère Saint-Benoît de Palendriai». En 1998 arrivèrent dans la maison tout juste terminée, qui sert aujourd'hui d'hôtellerie «Aušros Žvaigždė», les douze moines fondateurs: sept français, un américain et quatre lituaniens. Le P. Hervé de Broc avait été nommé Prieur.

Il fut décidé de construire le nouveau monastère un peu à l'écart de l'ancienne église élevée par l'abbé Ambrozaitis. Le plan fut établi par l'architecte Jean-Philippe Ricard, de Lyon; il fut réalisé par Thierry Rolland, Christian Valentinuzzi, et par Darius Jakubauskas, de Šauliai. Les travaux durèrent de 1999 à 2001. Le 21 novembre 2001 les moines bénédictins s'installèrent dans le nouveau monastère de Palendriai.

Le 7 juin 2002 eut lieu la consécration de l'église du monastère. Mgr Eugenijus Bartulis, evêque du diocèse, assura la fonction en présence du Père Abbé de Solesmes dom Philippe Dupont, du Nonce apostolique en Lituanie, Mgr Stephan Zurbriggen, et d'un grand nombre d'évêques, d'abbés venus de l'étranger. Vinrent également plusieurs représentants du district de Kelmė. La Schola de Vilnius et d'autres chorales grégoriennes de Lituanie renforcèrent le chant des moines. La communauté compte actuellement 13 moines.